La RDC à nouveau autorisée à exploiter le bois Afromosia

afromosia

Le pays peut désormais exporter ce bois sans aucune restriction. La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore en voie d’extinction (Cites) a levé la mesure fixant à 25.000 mètres cubes le plafond du volume de bois Afromosia exploitable chaque année par la RDC. Selon le ministre de l’Environnement, Tourisme et Conservation de la nature, Bavon N’sa Mputu Elima, c’est le résultat des efforts fournis par son gouvernement dans l’encadrement et la surveillance du marché de ce bois.

C’est depuis 2007 que la Cites internationale avait exprimé son inquiétude sur l’exportation du boiAfromosia venant de la RDC, explique le ministre. En 2012, le secrétariat général de la Cites a donc recommandé la suspension du commerce du bois Afrormosia venant de la RDC.

«Nous nous sommes mis au travail pour assainir suffisamment le secteur. Nous avons répondu aux préoccupations exprimées par Cites internationale, notamment par l’élaboration d’un avis de commerce non préjudiciable sur le bois Afromosia. Et cet avis de commerce non préjudiciable a été validé et accepté par le secrétaire général de la convention Cites», a expliqué le ministre N’sa Mputu. C’est le 30 juin dernier que la Cites a finalement saisi la direction congolaise de la conservation de la nature de la levée de cette interdiction.

En novembre dernier, deux cargaisons de bois en provenance de la RDC avaient été saisies en Allemagne suite à une alerte de Greenpeace. Selon l’ONG environnementale, cette saisie constituait le premier cas d’application du nouveau règlement européen sur le bois depuis son entrée en vigueur le mois de mars 2013. Quelques mois plus tôt, c’est 40 mètres cubes de bois sciés Afrormosia qui avaient aussi été saisis à Anvers, en Belgique, selon le ministre Bavon N’sa Mputu. Ce dernier avait annoncé l’ouverture d’une enquête sur ces exportations illégales de bois en provenance de la RDC, promettant de prendre les «mesures rigoureuses qui s’imposent» au terme de cette enquête.

 Eco243